Du 13 au 19 novembre 2017 se tient la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH). Cette édition met en avant l’emploi accompagné et l’emploi des jeunes. En effet, pour les personnes handicapées, ils est extrêmement compliqué d’accéder, se maintenir et évoluer dans le monde professionnel. Aussi, il y a un enjeu de taille à favoriser l’inclusion professionnelle pour tous.

Chez AlterMassage, nous sommes persuadés que nos salariés peuvent mener une carrière ambitieuse à condition de s’adapter à certaines de leurs contraintes et de les accompagner quand ils en ont besoin. Ainsi, nous voulons permettre à nos salariés d’avoir un travail épanouissant, enrichissant et valorisant.

 

Clemence - praticienne AM malvoyante

 

Clémence Lebreton,
salariée AlterMassage depuis un an, nous présente son parcours.

 

 

Je m’appelle Clémence, j’ai 27 ans, et je suis originaire d’Angers.
J’ai obtenu mon diplôme de Praticienne Bien-être en juin 2016 au centre de formation et de réadaptation professionnelle (CFRP) Valentin Haüy, à Paris. Je suis salariée praticienne bien-être d’AlterMassage depuis septembre 2016.

 

Après l’obtention d’un baccalauréat économique et social en 2008, j’ai constaté que les possibilités d’études supérieures adaptées aux déficients visuels étaient limitées. Initialement, je souhaitais m’orienter vers des études d’Histoire ou vers un métier dans les administrations (mairies, offices du tourisme). Je voulais faire des études de Sciences Politiques. Face à de nombreuses complications, j’ai dû me résoudre à étudier la kinésithérapie. Après plusieurs années difficiles, j’ai renoncé à poursuivre ce cursus et, en septembre 2015, j’ai bifurqué vers la formation Bien-être.

 

Je n’ai pas eu le temps de construire de projets précis à ma sortie d’école, car deux mois à peine se sont écoulés entre l’obtention de mon diplôme et le début de mon contrat salarié. J’ai juste eu le temps d’acheter une chaise et une table de massage. A la fin de l’été, Benjamin, le président d’AlterMassage m’a téléphoné pour me proposer un poste et de commencer dix jours plus tard en CDD puis en CDI. J’ai été très surprise car je n’avais pas du tout postulé chez AlterMassage. Lorsque j’ai passé mon entretien d’embauche, j’étais presque euphorique d’avoir été appelée sans rien chercher. Je souhaitais seulement exercer mon métier et ma seule contrainte était que je ne voulais pas un poste à temps plein. C’est éprouvant physiquement, et compliqué avec un domicile à Paris et un ancrage principal en province.

 

Au début, j’appréhendais cette entrée dans le monde professionnel, nouveau pour moi. Moi, jeune de 26 ans à l’époque, qui sortait de l’école, je débarquais dans une équipe de quadragénaire, avec minimum trois ans d’expérience. Serai-je à la hauteur ? Comment trouver le juste milieu entre apporter mon expérience de jeune diplômée et montrer mon envie d’apprendre ? Est-ce que mon intégration dans une équipe de professionnels expérimentés allait être aisée ? Les deux premiers mois ont été très difficiles, le fait de changer de lieu de travail quotidiennement me prenait beaucoup d’énergie (repérage des trajets depuis mon domicile, repérage sur site, fonctionnement de la prestation sur chaque site…). J’arrivais dans une petite entreprise en plein essor et, parfois, lorsque je posais des questions, je m’attendais à avoir des réponses rapides et précises et, ce n’était pas toujours le cas. Le positif, c’est que je suis tombée dans une équipe bienveillante où je peux me confier à mes managers, et où mes collègues m’accordent toute leur confiance.

 

J’ai de la chance, je suis la seule sur 12 diplômés de ma promotion à avoir trouvé un emploi salarié durable. Mes anciens camarades exercent pour beaucoup en indépendant mais ils ne gagnent pas encore bien leur vie. Soit ils ont eu des contrats salariés précaires, de quelques semaines ou mois ,soit ils se reconvertissent dans d’autres domaines car ils ne se sentent pas capables de gérer une entreprise.

 

Aujourd’hui, je réalise tout le chemin parcouru et, naturellement j’en suis heureuse. Depuis mon arrivée chez AlterMassage, j’ai été formée à un nouveau massage, la relaxation en apesanteur, et à l’animation d’ateliers collectifs. Ce qui est chouette, c’est la perspective d’évolution, la possibilité de monter en compétence. Je souhaite pour le moment continuer à travailler sur le terrain et pourquoi pas, parallèlement, développer de nouveaux projets pour AlterMassage et me former à des techniques de bien-être complémentaires.